18/02/2008

Salta

(05 - 06/02/08)  Salta 

(Enzo)

Nous approchons peu à peu des 5000 km et il nous en reste encore 5000 autres à parcourir... en deux mois. Si nous ne prenons plus que trois jours de "congé" par mois, nous devrions pouvoir atteindre Ushuaïa début avril comme prévu.

Oui mais ! Au début de l'Argentine nous avions vu un panneau indiquant qu'Ushuaïa était à un peu plus de 5000 km. Le hic, c'est que nous avions oublié, dans nos calculs, que la distance la plus courte entre deux points est la ligne droite. Alors quoi ? Quid de notre crochet au Chili ?

Ramon et sa famille vont nous persuader de rester en Argentine jusqu'à Ushuaïai (Faut pas croire, les Argentins ne sont pas moins chauvins que les Français :o)))

Et puis, ce serait un peu con d'échouer à 1000 km de notre but final. On ne prendra pas ce risque, on va filer tout droit. "Derecho" comme ils disent ici.

IMG_0169Une fois cette sage décision prise, nous restons ici deux jours afin de nous "intégrer" dans la famille de Roman. C'est pas gagné d'avance.
Ramon est un garçon assez timide (à l'opposé de Lucho de la casa de ciclistas de Trujillo) et tous les sujets de conversation que nous lançons se termine rapidement en eau de boudin. Heureusement qu'il y a José, le beau-frère Espagnol, pour un petit peu réveiller tout le monde. Lui, c'est un vrai moulin à paroles, un Espagnol quoi !

Chez Lucho, c'était un peu "Vous restez tant que vous voulez, deux mois si cela vous chante, mais vous vous débrouillez"
. Avec Ramon, nous nous retrouvons en face de quelqu'un qui à peur de "mal faire". Nous sommes conviés à déjeuner et à souper mais on a l'impressionq que toute la famille attend quelque chose en retour sans oser le demander.

Allez, il faut briser la glace, ce soir, c'est moi qui cuisine ! Rien qu'avec cette petite phrase, la métamorphose s'effectue en une fraction de seconde. Il était temps. Ce soir, ce sera poisson en papillote façon Enzo.
Là, c'est enfin "la fête". Plus de deux heures de préparation et durant tout ce temps, tout le monde passe par la cuisine pour proposer son aide. Oust, dehors, recette secrète ! Bon, j'accepte l'aide de la maman de Ramon qui est très curieuse et très amusée de pouvoir confectionner les poches en papier aluminium. Elle ne connaissait pas ce mode de cuisson pour le poisson.

Là, c'est un régal. Toutes les cinq minutes, chacun y va de son "rico". Puis tout le monde se lève pour trinquer à la santé des deux petits Belges (là, ils en font un peu de trop, c'était très mal joué!!!).

1h30, la soirée se termine. Dommage, nous partons demain.

Adios Ramon y suerte pour ta casa de ciclistas.

 

(Corinne)

Uiteindelijk blijven we 2 dagen in Salta.   Na 2 dagen voelen we er ons thuis.   Wederom heeft Enzo het niet zo met grote steden (met de drukte en de kerken enz, zie foto), maar toch zijn de 'verlofdagen' aangenaam om eens niet veel te doen...   

IMG_0159 

In de familie van Ramon zijn er 15 katten !  (waarvan 7 hele kleintjes).   (Ik wil er niet (tot vervelends toe) op terugkomen, maar ik moet hier wel veel aan mijn overleden kat denken).  2 van de grotere katten sluipen 's nachts bij ons binnen en liggen 's morgens aan mijn voeten (wat wel leuk is).    (Ik denk dat Enzo aan de Ramon-familie van mijn kat vertelt heeft, omdat ze misschien niet goed begrepen dat ik zo met die katten bezig was... en wanneer we de volgende dag weer verdertrekken zet Ramon 1 van de allerkleintjes in mijn stuurtas, alsof ik die mag meenemen...  Dat was wel lief, maar die kan natuurlijk niet mee...)   Bij de familie Ramon was het (buiten al die vele katten) verder vrij aangenaam, familiale sfeer, met tuintje enz.  Dat gaf een beetje een huiselijk gevoel.   Mits het bij een ganse familie is (waar men toch een beetje de regels van het huis moesten respecteren, zoals bvb niet te laat thuiskomen (want we hadden geen sleutel), was de sfeer wel zeer verschillend dan bij Lucho in Trujillo.  De laatste avond heeft Enzo voor de ganse familie gekookt (zie zijn beschrijving).    Er was ook José, een spanjaard (van Europa dus) en het vriendje van 1 van de zussen, die ook een cyclist was en ook reeds (meerdere keren) latijns america heeft bereden.  Hij geeft ons vele tips (ook o.a. om in Argentinie te blijven en niet naar Chili te gaan...)   Argentinie is zo groot en er is zoveel te zien, en ook al zullen we in dit land vele kms afleggen, zijn er vele locaties die we niet zullen passeren (omdat we +/- in een rechte lijn naar beneden zullen rijden)... Ook hier zijn meerdere salars, vele laguna's, canyons en zoveel meer... 

08:30 Écrit par Corinne et Enzo dans 4 - Carnet de route Argentine | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, velo, argentine, salta |  Facebook |

Commentaires

Zut, moi qui espérais découvrir le Chili grâce à vous! Ce sera pour la prochaine fois!
Courage pour les 5000 suivants!
Bises,
Lora

Écrit par : Lora | 18/02/2008

LA QUALITE ou LA QUANTITE Et pourquoi pas des sauts de puce en bus...entre des sauts de mouton pédalés entre Argentine et Chili par-delà les Andes.

Le bout droit plein sud garantit de bouffer du kilomètre monotone.

Aneth et Lubin

Écrit par : pol meura | 18/02/2008

Les commentaires sont fermés.