17/05/2008

Pas bien tout cela !!!!

Voici peut-être une petite réflexion qui en inspirera certains...

Si partir reste toujours le plus difficile à effectuer dans un projet de voyage, le retour quant à lui ressemble parfois à une traîtresse vacherie.

Ce n’est pas comme si on nous avait caché la mort de l’un de nos proches, même pas comme si on avait oublié de débrancher le fer à repasser avant de partir.

Non, c’est pire. C’est comme si le temps s’était figé durant notre absence. Six mois durant lesquels rien ne s’est passé. Six mois qui ne nous ont préparés aucune surprise pour notre retour, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Et puis il y a tout le reste :

Les kilos si glanement perdus qui font leurs réapparitions.

La tête qui ne veut plus faire de vélo alors que les jambes le réclament.

La peur d’avoir oublier les rudiments de votre job.

Réaliser qu’une bière coûte plus cher qu’une nuit d’hôtel au Pérou.

Se lever le matin en ne s’apercevant même pas que le temps est exécrable… marcher sous la pluie, s’arrêter et se demander ce que l’on fait là, complètement détrempé, complètement perdu.

Tout est normal, tranquille, soyons heureux.

23:44 Écrit par Corinne et Enzo dans LE RETOUR | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Amicalement ... Le temps figé, c'est exactement et littéralement ce que j'avais coutume de dire, en rentrant moi aussi d'un long voyage. Voilà qui exprime ce sentiment avec beaucoup de justesse (et un peu de tristesse ;-) Bon atterrissage quand même.

Écrit par : Nautilus | 15/06/2008

Dur dur, j'imagine... Aaargh, que ce doit être difficile de se remettre à la vie urbaine après avoir vécu tant de belles et inoubliables aventures... Bravo à vous deux.

Écrit par : Jean-Luc | 04/08/2008

Potosi-Uyuni à velo coucou à vous
jèspere que vous aurez ce message rapidement. nous sommes à Potosi et cherchons à savoir les possibilites de ravitaillement sur le route potosi-uyuni, en velo. merci de vos infos, on sait que vous l'avez fait. bises de sand et ana

Écrit par : lesvelandeuses | 22/10/2008

Les commentaires sont fermés.